Le sprint final...


Ça y est, on touche au but.

La bonne nouvelle : plus longtemps à tenir ce mode de vie exténuant, c'est pour début octobre, donc musique de circonstance :

Wake me up when september ends
#badumtshhhh
(oui encore du Green Day, rassurez-vous j'écoute pas du tout que ça, par ailleurs je suis bien moins fan de celle là que de la précédente, mais vu que ça fait des mois que j'aimerai roupiller en attendant l'ouverture when september ends pour qu'on me wake me up, le cœur telle une grenade prête à dégoupiller, tout ça, ben je la mets :-p)

Dans moins d'un mois à date précise doit ouvrir la maison de santé, l'aboutissement du projet dont je vous ai déjà parlé dès le début de ce blog.

Et on a pas le choix dans la date (!), on ne peut reporter : pour le déménagement, des professionnels ont résilié leurs anciens abonnements, loyers, etc. à la veille au soir, un des anciens médecins pend sa retraite ce jour là (les nouveaux s'installant), les secrétaires devront répondre au tel, etc.
Y'a même eu une réunion publique pour l’annoncer, sous fond de grandes tensions financières d'une collectivité territoriale quasi ruinée (ça a plus débattu gros sous que projet de santé...).
La population est donc prévenue de la date, les premiers rendez vous dans la nouvelle structure vont bientôt commencer à être posés par nous +/- par internet.
Faut dire que déjà, depuis 2 ans et demi on a pas chaumé.

Et ben pourtant c'est pas encore gagné :

  • à l'heure actuelle on n'a pas encore l'électricité... Le vote d'une extension de budget pour le compteur électrique n'a eu lieu auprès de nous élus qu'il y a 3 semaines
  • en démarchant les opérateurs télécoms on s'est rendu compte in extremis (nous usagers et non les bâtisseurs propriétaires) que la bâtiment n'était pas raccordé au réseau téléphonique (et sans téléphone ni internet, ben on peut pas bosser... donc pas ouvrir) ; c'est le point le plus critique je dirais
  • dans le genre, pas (encore) de boite au lettres même si le courrier arrive déjà
  • on sera locataire mais on n'a pas même pas encore signé le moindre contrat de location
  • pas encore défini qui fait le ménage
  • les secrétaires on les a mais pas encore moyen de contractualiser 
  • la structure juridique (une SISA, qui chapeaute le tout, est employeur, etc.) rame à être mise en place 
  • les clefs de répartition des coûts entre les professionnels ne sont pas du tout définis 
  • pas de règlement intérieur écrit (pourtant on nous a dit que c'est très important)
  • on (les professionnels de santé) n'est pas invité à la pré-livraison ni la livraison du bâtiment, qui devrait être à peine une semaine avant l'ouverture si pas trop de retard (youpi l'aménagement simple et la livraison de trucs lourds genre tables d'examen)
  • d'ailleurs y'a pleins de trucs qu'on a pas encore commandé, voire qu'on ignore nécessiter à ce jour
  • divers détails moins graves si pas réglés pour la rentrée mais quand même : pas de structure pour mettre nos plaques, et autres petits éléments manquants dans le bâtiment...
Bref, TOUT VA BIEN !

Autant dire que les prochains jours vont être longs...
Et que c'est l'enfer pour faire tout ça en plus de la vrai vie personnelle et professionnelle et professionnelle bien chargé de toute l'équipe rejoignant le navire.

Mais heureusement, ce qu'il y a au bout nous plaît, on en rêve tous, alors on se serre les coudes et on met les bouchées doubles, ça fait d'ailleurs plaisir à voir l'esprit d'équipe qui se dégage, c'est de très bon augure pour la suite :-)

Et heureusement car l'idée de quelques jours de retard ne nous parait tout simplement pas acceptable.

Conclusion :
Ça va être chouette ! (bientôt) (mais pas encore tout de suite) (mais il me tarde) (mais c'est pas gagné)



PS pour expliquer en quelques mots toutes ces choses restant à faire au dernier moment :
On a signé un protocole cadre avec la collectivité locale que début juillet, ça a traîné malgré nos demandes depuis un an, puis on nous proposait des loyers aberrants alors il a fallut négocier.
Et tant qu'on avait pas cadré ça, pas question d'engager des démarches, sinon on aurait été piégé.
On a choisi d'être locataire d'un bâtiment appartenant à la collectivité, ça a quelques inconvénients, mais ça a l'avantage de laisser la porte ouverte, une issue de secours pour fuir si ça se passait mal. C'est important :-)


Commentaires

  1. Bravo, ça prend forme ! Bon courage pour les dernières semaines, ça va être chargé, mais ça va passer (ça passe toujours ! :))

    RépondreSupprimer
  2. Désolée, commentaire publié sous pseudo perso
    Delphine Lacroix (de SolutionsMedicales.fr) :))

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires sont les bienvenus !

Posts les plus consultés de ce blog

IVG, Misoprostol, Cytotec...

Le rêve(il)

MSP, Big Pharma, ARS, NMR... (in)dépendance ?